Atteindre son objectif, c’est déterminer un bon objectif

Pour un sportif, savoir déterminer un BON objectif est capital. Cela parait parfois évident et pourtant c’est un point trop souvent négligé ! Quand vous prenez votre voiture, vous savez ou vous allez et en combien de temps. Pour la préparation mentale c’est la même chose.

C’est quoi un bon objectif ?

La PNL dit qu’un bon objectif doit être S.U.P.E.R

C’est à dire Spécifique, Uniquement dépensant de soi, Positif, Ecologique et Réaliste.

C’est un excellent début que j’aime compléter avec une échéance et des moyens à mettre en oeuvre lorsque j’interviens en tant que préparateur mental.

I) Un objectif spécifique et mesurable

Citation vulgaire mais qui parle à tout le monde : “objectif flou = connerie précise”.

En effet, un objectif trop flou ou non mesurable ne permet pas de savoir si vous l’avez atteint ou si vous êtes en chemin. Se baser juste un ressenti n’est pas suffisant.

Un bon objectif est : clair et précis + mesurable = atteignable

Quelques exemples pertinents : 

  • Tennis : atteindre le classement de 3/6
  • Golf : atteindre un handicap de 10
  • Football : passer professionnel et vivre de son sport
  • Escalade : réussir une voie 6c
  • Tir à l’arc : faire une moyenne de xx points sur les 3 meilleurs compétition de l’année
  • Autre : me qualifier pour les régionales, le championnat de France, d’europe ou des les JO

Contres exemples :

  • Améliorer mon coup droit
  • Améliorer mon classement
  • Faire moins de faute
  • Gagner plus souvent
  • Avoir moins peur

NB : tous ces contres-exemples peuvent devenir des objectifs intéressants si vous prenez le temps de les rendre plus précis et de les rendre mesurables.

Un objectif assez spécifique et mesurable permet de savoir à tout moment ou vous en êtes. En fonction du résultat constaté, vous pouvez continuer dans la même voie ou prendre des mesures correctives.

II) Uniquement dépendant de soi ?

Cela signifie que la réalisation de l’objectif ne dépend pas d’éléments extérieurs. Dans le sport, il y a malgré tout la concurrence et le contexte des compétitions qui entre en jeu.

Mais la réalisation d’un objectif passe à 99% par soi : ses performances, son entrainement technique, physique et mental.

Si vous attendez que vos adversaires soient défaillant, c’est qu’il y a un problème.

III) Un objectif positif

Dans le sport, ce point n’est pas le plus important. Il signifie qu’il est préférable de viser un succès plutôt que d’éviter un échec. Exemple parlant, votre GPS comprend mieux si vous lui dites que vous voulez aller à Lyon plutôt que si vous lui dites que vous voulez éviter Marseille, vous savez pas trop ou vous allez au final.

Objectif positif :

  • Gagner plus de 50% de mes matchs
  • Savoir mieux me concentrer pendant les moments importants

Objectif non positif :

  • ne pas perdre
  • ne pas se déconcentrer

IV) L’écologie de votre objectif

C’est un point important. Pour atteindre certains résultats, notamment les plus élevés, il arrive de devoir faire des sacrifices. C’est ce qu’on appelle l’écologie de l’objectif.

Vous devez vérifier les points “négatifs”, ce qui pourrait vous arriver de pire si vous atteignez cette objectif.

Exemple de problème d’écologie :

  • S’entrainer plus souvent oblige parfois à voir moins sa famille, ses amis
  • Monter de classement de ou catégorie peut obliger à s’absenter ou à se déplacer plus loin
  • Changer de club peut faire perdre des amis, des repères, des habitudes
  • etc

V) Réaliste

Je pense que ce point se comprend facilement. Votre objectif doit être réaliste pour qu’il soit atteignable. Vous trouverez plus d’infos dans le paragraphe qui parle de la difficulté de l’objectif.

Fixer une échéance et les moyens

Un objectif sans échéance n’est pas un objectif. Il est capitale de fixer une date limite pour atteindre votre objectif.

Cette date ne doit pas être trop proche pour vous laisser du temps pour le préparer et l’atteindre.

Cette date ne doit pas être trop éloignée pour éviter le découragement et la démotivation.

En général, une échéance entre 1 et 2 mois est très intéressante.

Si votre objectif n’est pas atteignable sur cette courte période, c’est que votre GRAND objectif doit être segmenté en petit sous objectifs SUPER.

Déterminer les moyens pour l’atteindre

Maintenant que vous avez un objectif SUPER et une date, il faut savoir par quel moyen vous comptez l’atteindre.

Quelques exemples :

  • nombre d’entraînements par semaine
  • préparation physique
  • travail technique
  • préparation mentale
  • etc

Avoir un objectif avec une difficulté adaptée

Pour le dire autrement, un objectif ne doit pas être trop difficile ni trop facile.

Une trop grande difficulté provoque plus facilement la démotivation et le découragement. Au contraire, un objectif trop facile n’est pas assez ambitieux et n’apporte pas de satisfaction.

L’objectif avec le bon niveau de difficulté doit semblé réalisable mais non acquis. Quand vous y pensez, il doit générer de la motivation.

A vous de trouver le bon dosage. Dans tous les cas, les objectifs peuvent s’enchaîner à la suite, avec des niveaux de difficulté croissants. Le principal est de travailler pour l’atteinte d’un seul objectif à la fois.

Vous avez les clés, à vous de jouer !

Si vous avez suivi tous ces conseils, vous voila avec un objectif précis qui devient “palpable” pour le cerveau grâce à l’imagerie mentale que vous pouvez en faire. Cela devient comme un point de mire, concret et plus facile à viser.

Ces conseils sont utiles dans tout les sports individuels (tennis, golf, tir…) mais aussi pour les sports collectifs (football, rugby, handball…)

En piste !