Coach mental tennis, la préparation mentale au service de la victoire

Le mental au tennis est un sujet récurrent. Les préjugés nous ont fait croire que le mental devait être inné, on l’a si on est un champion, on l’a pas et on reste amateur. Très loin de ce cliché, le coaching mental est de plus en plus répandu au niveau professionnel comme amateur. Faire appel à un coach mental est possible, en individuel ou en collectif, peu importe votre niveau.

Rôle du coach mental

Loin de l’image du psychologue en blouse blanche, le coach mental est un entraîneur presque comme les autres, qui intervient sur le terrain.  Le coach mental vient en complément de l’entraîneur technique et du préparateur physique.

Chaque coach a sa méthode, sa personnalité, je vais donc vous parler de ma façon de travailler.

Balayons d’un revers de la main un autre cliché. Avoir un bon mental, ce n’est pas forcément être dans le stéréotype d’un homme machine sans émotion, travaillant comme un acharné et limite agressif sur le terrain. Non, non, non…

De mon point de vue, une bon mental c’est partir des spécificités de chacun pour en faire des points forts.

Si on regarde la grille de lecture de Christian Target, le préparateur mental intervient sur trois piliers de la performance :

  • la gestion de l’énergie
  • l’estime de soi
  • la gestion émotionnelle

Viennent ensuite d’autres points qui se basent sur ce socle :

Comment se déroule une préparation mentale au tennis

Le premier point est de déterminer un objectif précis et une échéance.

Ensuite, à partir de cet objectif on regarde les points forts et surtout les points à améliorer pour atteindre cet objectif (cf pyramide ci-dessus).

Selon les points à travailler, il y aura des outils à apprendre et aussi un travail personnel à faire.

Exemple de coaching mental :

  • Eric, 28 ans
  • Classement : 15/4
  • Objectif : passer 2e série
  • Problème identifié : Eric a un niveau technique élevé (2e série) mais perd vite sa concentration en match lorsqu’il fait des erreurs. De plus, il a remarqué qu’il se mettait souvent la pression avant les tournois importants et sur les moments clés (balle de break, débreak, fin de set etc.).
  • Le coaching a duré 3 mois autour des axes suivants pour améliorer son attitude sur le terrain :
    • Concentration
    • Gestion émotionnelle des erreurs
    • Gestion du stress et de la pression

Détails sur la gestion du stress et de la pression :

  • apprentissage de la cohérence cardiaque et d’un ancrage sur la gestion des émotions
  • travail hors du terrain pour les comprendre et les maîtriser
  • intégration dans une routine et test à l’entraînement
  • mise en place dans les phases avant compétition et dans les routines de match
  • ajustements si besoin après les premières compétitions

Eric a suivi mes conseils. Au bout de 3 mois, il avait obtenu une victoire à 5/6 et plusieurs sur des joueurs de fin de 3e série qu’il était incapable de battre avant. Il est en route vers son objectif.

Questions fréquentes :

  • Est ce que le coaching mental va me permettre de faire moins de fautes au service ?
    • Oui et non. S’il n’y a pas de problème technique, cela va aider à trouver de la concentration et donc de la régularité dans la mise en jeu. Cela aura donc une incidence sur le service.
    • Certaines techniques permettent malgré tout d’améliorer aussi la partie technique grâce à l’activation des neurones miroirs et de la visualisation.
  • Ai-je besoin d’avoir un bon niveau pour faire appel à vous ?
    • J’accompagne aussi bien les amateurs de 4e série que les sportifs professionnels
  • Je fais du tennis et du golf, je rencontre des problèmes identiques, pouvez-vous m’aider ?
    • Je peux vous accompagner dans tous les sports. J’interviens sur le mental, donc je n’ai pas besoin de maîtriser chacun des sports.